Depuis quelques années, le recrutement est devenu une réelle problématique pour les entreprises. Que ce soit d’un point de vue financier, administratif ou managérial, le recrutement est de plus en plus lourd en termes de coûts et de temps passé.

D’un point de vue financier, le travail à temps partagé permet de soulager l’entreprise d’une partie de ses charges patronales et sociales. De plus, grâce à cette méthode de salariat, l’entreprise peut se permettre d’embaucher des talents pour un besoin précis ou un projet, sans avoir à employer en CDD ou en CDI.

D’un point de vue administratif, passer au travail à temps partagé a l’avantage d’éliminer une quantité considérable de “paperasse” pour les entreprises : un seul contrat tripartite lie l’entreprise, le groupement d’employeurs et l’employé. C’est le groupement d’employeurs qui emploie le travailleur et qui s’occupe des formalités administratives.

Également, la gestion des employés en interne peut s’avérer laborieuse pour les entreprises. Faire appel à un groupement d’employeurs permettra de traiter la question du management de manière plus fluide et plus efficace puisque les employés sont gérés par ce groupement.

Aussi, le travail à temps partagé permet aux entreprises de découvrir de nouveaux talents et de bénéficier de leurs compétences dans un laps de temps défini, par exemple pour un projet, sans engager un recrutement lourd et définitif.

Il favorise également le partage de compétences et d’expériences entre entreprises et salariés. Faire appel à des personnes différentes pour mener des taches ou des projets en entreprise permet d’enrichir le travail grâce aux atouts de chaque salarié. En termes de recrutement le fait de profiter du partage de compétences sans avoir à embaucher à long terme et subir le coût de cette embauche est très intéressant pour les entreprises, notamment les PME et TPE.